Friday, September 29, 2006

Info Taiwan : La Chine va-t-elle envahir Taiwan ?


Lors de la célébration du 20è anniversaire du DPPP (Parti démocrate-progressiste), Chen Shui-bian, selon Taiwan Info ce jour le vendredi 29/09, s'est exprimé sans ambages : « Taiwan est Taiwan, la Chine est la Chine, a-t-il martelé. Certains voudraient utiliser des mots différents pour décrire cette situation, mais je crois que la plupart des gens savent maintenant que Taiwan et la Chine sont deux pays totalement différents."

Mis en cause par la campagne anti-corruption menée par l'opposition nationaliste et "unioniste" (KMT), Chen Shui-bian a réitéré sa volonté de faire entrer aux Nations unies l'île qualifiée par Pékin de "rebelle" comme un état indépendant qui réponde au nom de Taïwan (voir la dépêche de l'AFP dans The Hong Kong Standard).

« Nous avons désespérément besoin d’une nouvelle Constitution », a continué le chef de l’Etat, relate Taïwan Info, avant de revenir sur le droit des Taïwanais à être représentés aux Nations unies, soulignant l’erreur de Tchang Kaï-chek qui refusa en 1971 de partager le siège de la Chine à l’Onu avec la République populaire de Chine –la Chine communiste." Fin de citation.

Bien entendu, Pékin ne partage pas cet avis, lien s'en faut, et déploie toute une campagne internationale dans les médias pour s'opposer à toute velléité dite "séparatiste" ou "sécessionniste" de la part de la belle île située sur l'autre rive du détroit de tous les dangers.

Le 13 juin 2004, Checkpoint-online reproduisait en Suisse un scénario catastrophe élaboré par le correspondant en Asie du Jane's Defence Weekly, une autorité en matière de conflits armés au travers de notre vaste monde. Une étude initialement publiée dans l'Asia Times le 10 avril 2004 sous la plume de Wendell Minnick.

Selon ce scénario qui date donc d'il ya deux ans, 2006 allait être l'année de tous les dangers pour Taiwan face à la menace d'une invasion éclair chinoise. Et c'est vrai on sait aujourd'hui que Pékin a dressé moult missiles en direction de la verdoyante Formose et que des sous-marins de l'APL croisent dans le fameux détroit de l'entre Deux Rives.

La RPC va-t-elle alors se livrer à un assaut amphibie à large échelle comme lors du débarquement des forces alliées en Normandie ? Ce n'est pas là la vision des choses du Jane's Defence Weekly le 13 juin 2004 qui voit Pékin opter pour une stratégie dé décapitation: "court-circuiter les systèmes de commandement et contrôle, anéantir les centres nerveux dans tout le pays et laisser l'adversaire désespérément perdu".

Pourquoi pas ? Car comme le dit le proverbe, renchérit le Jane's à la suite de l'Asia Times, "tout ce dont la Chine a besoin, c'est de prendre le centre du pouvoir, la capitale et ses dirigeants".

Les observateurs pourraient dès lors se poser la question de savoir si ce n'est pas là la mission dévolue à l'activiste Shih Ming-teh et à son "armée rouge", comme l'écrivent le Wen Weipo ou le Mingpao à Hong Kong, de protestataires anti-corruption acharnés à obtenir coûte que coûte la démission du président indépendantiste.

Pour le Jour de la Fête nationale, le Double Dix, en octobre, le chantre de la campagne anti-Chen qui déferle à partir d'aujourd'hui même sur toute l'île pendant huit jours ininterrompus, ne prévoit-il point d'assiéger ni plus ni moins le Palais présidentiel jusqu'à ce que démission s'en suive....

Et si pour couper l'herbe sous le pied des conspirateurs, l'assiégé prononçait brutalement l'indépendance de l'île de beauté extrême-orientale ?

D'après les propos entérinés par le Jane's en 2004, "si la Chine décide d'employer la force ...., la meilleure opportunité pourrait se situer en 2006". En effet, selon cette source, "cela laisserait à la Chine deux ans pour réparer les dégâts avant les Jeux olympiques d'été de 2008".

Alors, doit-on s'attendre, en cas de rebuffade du Camp Vert, à un assaut aéroporté sur Taipeh par le 15è Corps aéroporté chinois (basé à Changchun)et ses 3 divisions (43e, 44e et 45e) ? Ainsi qu’à une attaque complémentaire sur Linkou, Taoyuan et Ilian comme l'avançaient en 2004 les oiseaux de mauvaise augure ?

Pour l'heure les signes de bonne volonté, certes, se multiplient entre les Deux Rives mais cela semble en rien infléchir la détermination de Chen Shui-bian à affirmer son projet d'indépendance qu'il sait soutenu par au moins 60% de la population insulaire.

"Des forces spéciales prépositionnées, introduites à Taiwan des mois auparavant, assassineraient des dirigeants-clefs", poursuit l'article publié dans le Jane's en 2004, " et attaqueraient des installations de détection et de communication dans toute l'île quelques heures avant l'attaque principale".

Les amateurs de journalisme à sensation, nostalgiques du 9/11 et autres, y trouveront leur compte, surtout avec la "disparition" constatée tout récemment de 1.000 pêcheurs venus du Continent et munis de faux-papiers grâce à des complicités insulaires !

Maintenant, certains dignitaires politiques américains viennent de réitérer, face aux déclarations abruptes du chef du Camp Vert à Formose, que l'Oncle Sam ne soutenait pas l'idée d'un Taiwan indépendant de la Chine. Et on voit mal, le Japon, la Corée du Sud ou quiconque d'autre dans la région, aller à l'encontre de l'humeur en vogue dans les alentours de la Maison blanche.

Merci de votre attention.

殺懷疾 !

vendredi 29/09/2006 à 16 : 54 heure locale de Paris.

Dans le Taipei times en anglais, le programme de Chen Shui-bian : constitution, indépendance, intégration aux Nations unies avec en prime un référendum sur la récupération des avoirs du KMT !

La Central News Agency sur la campagne anti-Chen. Autres sources : The Hong Kong Standard, The Liberty Times, Radio Taiwan International, BCC, MacroView TV, TVBS sur The United Daily News, les actualités en direct de Taiwan (mais en chinois...) !

Reportage photo dans le Mingpao & sur InfoTaiwan .

Info, Presse & Médias :聯合新聞網, 世界新聞網, 星州日報, 新聞中心, 東森新聞報, 自立晚報, + InfoTaiwan.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home